Ce que j'ai appris dans ma vie de mère ...

Publié le par heureusemaman

Lorsqu'il m'arrive, entre 2 tétées nocturnes où je n'arrive pas à me rendormir, de faire un petit bilan de ma vie de mère, je pose parfois mes pensées sur chacun de mes enfants  les uns après les autres et je réfléchis à ce que chaque nouvelle maternité m'a appris dans l'art difficile et ô combien délicat d'être parent.  Je vous livre donc le fruit de ces réflexions dans le but de vous permettre d'accepter l'idée (ou de vous donner la confirmation ) que nous n'avons jamais fini de progresser et d'apprendre à partir du moment où l'on devient parent ... Et pour témoigner de la grâce de Dieu qui, jour après jour, nous conduit sur ce chemin à nul autre pareil, et l'utilise même pour former Son caractère en nous, Lui,  le Père par excellence, le parent parfait pour chacun d'entre nous, notre modèle, notre exemple.

 

Avant d'avoir mon premier bébé, j'ignorais quasiment tout des enfants bien que je me sois beaucoup occupée de ma petite soeur dans son enfance. En fait, les enfants ne m'intéressait pas franchement et j'avais beaucoup de principes, d'idées préconçues, ou étais tout simplement '' sans opinion '' sur la plupart des questions les concernant. J'ai même fait une colo avant de m'engager dans la voie de l'enseignement primaire (faute de mieux à l'époque) pour vérifier si je supporterais de vivre avec des enfants pendant la majeure partie de la journée et si je m'en sortirais honorablement !

 

Avec mon premier bébé, j'ai donc découvert, merveilleuse surprise, que j'avais un coeur de mère et que mon bébé était MON bébé ! J'ai découvert que j'étais capable d'aimer, de supporter et de porter au-delà de l'image que j'avais de moi-même dans ce domaine. J'ai découvert que les besoins d'un bébé s'écoutent et se respectent, j'ai découvert que les bébés sont des êtres super intelligents et communiquants. J'ai découvert le bonheur d'être maman. Et, découverte qui allait impacter favorablement tout le reste de ma vie dans ce domaine, j'ai découvert l'allaitementet, plus précisément, l'allaitement à la demande ! 

Par ailleurs, le meilleur souvenir qui reste bien ancré dans ma mémoire concernant ce bébé, c'est le long et tendre regard que nous avons échangé quelques minutes après la naissance (yeux bleus dans yeux bleus). Premier regard dont j'appris, des années plus tard, combien il est fondamental dans l'attachement mère-enfant. Je ne peux que confirmer, 16 ans après !

 

Avec mon second bébé, j'ai appris l'allaitement long, le cododo, le portage intensif (le Tikamak à l'époque, porte- bébé en forme de berceau), et la vie de maman au foyer à temps plein. Bref, ce qu'on appelle maintenant le maternage proximal.

Mon meilleur souvenir avec ce bébé est les longues longues siestes que nous faisions ensemble, blotties l'une contre l'autre.

 

Avec mon troisième bébé, j'ai su qu'on pouvait allaiter en étant enceinte, j'ai découvert le bonheur de la naissance à domicile, les couches lavables, la diversification tardive, le cododo à 4  et j'ai découvert le porte-bébé Snuggli.

Mon meilleur souvenir avec ce bébé est celui des longues soirées que je passais à l'allaiter, tranquillement installée dans le canapé, pendant que le papa s'occupait des plus grandes (c'est d'ailleurs le seul bébé pour qui les choses se sont ainsi passées).

 

Avec mon quatrième bébé, je me suis séparée de toutes sortes de futilités et j'ai définitivement compris que 90% des objets de puériculture ne servent à rien (chose que j'avais déjà commencé à entrevoir au 3ème). J'ai vécu le co-allaitement, appris à porter avec le porte-câlllin (porte-bébé de La Leche League) et j'ai appris à reculer les limites de ma patience.

Mon meilleur souvenir est celui de voir une bambine que je qualifiais d'insupportable être transformée du jour au lendemain lorsque nous avons emménagé dans une maison où elle pouvait sortir autant qu'elle le désirait en toute sécurité et autonomie (c'est d'ailleurs la plus calme de tous mes enfants maintenant. Et je dis souvent que voir l'évolution de cette enfant à ce niveau-là est un encouragement pour toutes les mamans qui ont des enfants qui mettent leur patience à rude épreuve!)

 

Avec mon cinquième bébé, j'ai appris que le Seigneur donnait la force dont une mère a besoin quand elle pense que la tâche d'élever encore un enfant est au-dessus de ses forces -  et que tout enfant demeure un merveilleux cadeau de Dieu même quand on ne s'y attend pas. J'ai appris aussi le portage en écharpe.

Mon meilleur souvenir est d'avoir eu un bébé qui, dès  l'âge de 8 mois, se contentait de téter la nuit et se rendormait aussitôt, sans avoir besoin de tétouiller pendant des minutes interminables pour passer au cycle de sommeil suivant ( discours hallucinant pour beaucoup, mais chez nous les bébés ne font pasleur nuit avant d'avoir suffisament grandi, c'est-à-dire au bout de quelques années seulement !). J'ajouterai à cela le bonheur que j'ai eu à porter en écharpe et à sentir mon bébé s'endormir paisiblement dans mon dos.

 

Avec mon sixième bébé, j'ai réappris la même leçon et j'ai découvert l'hygiène naturelle infantile, le massage. Je sais aussi maintenant qu'élever un enfant n'est pas si terrible et difficile que cela.

Mon meilleur souvenir avec ce qui est pour le moment mon dernier bébé (?), n'est pas encore un souvenir mais un vécu quotidien : la joie d'être encore maman d'une bambine à 41 ans, de pouvoir encore allaiter, porter, partager mes nuits avec un petit corps à mes côtés !

 

 En conclusion, je dirai qu' jour d'aujourd'hui, j'ai certes beaucoup d'enfants, mais, au final, bien peu de principes. Et je sais avec une certitude inébranlable que les seules choses dont ont réellement besoin les bébés, ce sont les bras et les seins de leur mère ( qui leur apporte chaleur, sécurité, amour et nourriture), auxquels s'ajoutent bien entendu les vêtements sous les latitudes qui sont les nôtres !

 

                                        '' Il installe au foyer la femme ... en joyeuse mère de famille. '' Psaume 113 : 9

 

 

Mise à jour de cet article, le 14 décembre 2012 :

 

Mon 7ème bébé, mon fils, mon unique, mon cher Hugo, décédé à 14 semaines et demi de grossesse et mort-né 41 jours plus tard m'a appris que la mort n'était pas un tabou mais faisait partie de la vie et que les 2 pouvaient se cotôyer, s'entremêler et qu'au final c'est la vie qui triomphe contre toutes les apparences car je sais que mon bébé vit auprès de son papa céleste et qu'un jour mes yeux le verront. Hugo m'a aussi révélé le coeur du Père (voir témoignage dans la catégorie '' mourir avant de naître '' ) et le désir le plus profond de mon coeur a plus que jamais la forme de l'Eternité ... Hugo, mon bébé ...

Publié dans témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Je n'ai pu m'empêcher de laisser un commentaire tellement ces petits textes sont beaux ! c'est tellement bien écrit !<br /> <br /> <br />