Développer la foi de l'enfant

Publié le par heureusemaman

Compte-rendu d'une intervention à un groupe de Rencontres de Mamans

 

Le titre initialement prévue pour cette intervention était : '' comment transmettre la foi à l'enfant ? ''
J'ai réalisé, alors que je réfléchissais au contenu de ce que je souhaitais partager, que cet intitulé n'était pas tout à fait juste. En effet, je crois au postulat que chaque enfant a une foi qui lui est spontanée et que celle-ci s'éveille lorsqu'elle est placée dans un milieu favorable. N'avez-vous pas observé qu'un petit enfant qui a l'habitude d'entendre prier avant chaque repas demandera à prier lui aussi dès qu'il maîtrisera les quelques mots de base lui permettant de le faire ? N'avez-vous pas remarqué comment les petits enfants lèvent spontanément les mains pour la louange lorsqu'ils voient les adultes le faire ? N'avez-vous  jamais entendu un très jeune enfant demander à avoir sa propre Bible ? Vous me direz que c'est par imitation … Oui et non. Non parce que le tout petit enfant (avant 3 ans) qui est dans le balbutiement de ces choses ne questionne généralement pas le pourquoi de la prière avant le repas, le pourquoi des bras levés, le pourquoi nous lisons la Bible. Ces questions apparaîtront dans un  second temps, lorsqu'il atteindra l'âge de questionner le pourquoi et le comment des choses. Dans sa  toute petite enfance, le bambin trouve aussi naturel de prier, louer et tourner les pages de sa Bible que de manger, boire et dormir tout simplement parce qu'il grandit dans un environnement qui laisse la place à l'expression de la vie spirituelle. Et là intervient l'imitation : un petit enfant qui grandit dans une famille musulmane ne priera pas comme un petit enfant qui grandit dans une famille juive et un petit enfant qui grandit dans une famille chrétienne  priera encore différemment des deux premiers. La Bible dit que nous sommes un corps, une âme et un esprit. Chaque être humain est  ainsi constitué dès sa conception ( cf le récit de la visite de Marie à Elisabeth et le tressaillement de joie du foetus de celle-ci). Il n'est écrit nulle part que l'esprit serait une partie de notre être qui s'ajouterait au moment de notre conversion ou de notre prise de conscience de l'existence de choses surnaturelles ou spirituelles. Et il n'est pas dit non plus que la partie spirituelle de l'être humain est un réservoir vide qu'il incomberait de remplir. Bien au contraire, elle nous dit, en Ecclésiaste 3:11 que Dieu '' a implanté au tréfonds de l'être humain le sens de l'éternité ''.  Pour le tout petit enfant, il est naturel de croire. Notre mission de parents dans le domaine de la foi n'est donc pas de créer ou de transmettre quelque chose, mais de développer ce qui est spontané chez lui, de l'orienter vers Dieu le  Père, Jésus le Fils et le Saint-Esprit. C'est d'ailleurs bien parce que le tout petit enfant est naturellement porté à croire ce qu'on lui montre et enseigne dans le domaine du spirituel  qu'il est facilement manipulable par l'adulte. Voilà donc pourquoi j'ai préféré intituler cette intervention '' développer la foi de l'enfant ''.

Je ne vais pas, dans la suite de mon propos,  donner une série de trucs qui marchent à tous les coups, pour la simple et bonne raison qu'il n'en existe pas. Je vais simplement témoigner de comment les choses se passent chez nous afin d'encourager (oui, c'est possible d'accompagner ses enfants sur le chemin de la vie spirituelle !)  et de montrer que, justement, il n'y a pas de méthode unique. Il n' y a pas de recettes miracles, il n' y a pas de doctrine. Il y a des principes de vie qui se dégagent de la Parole de Dieu et que chaque famille peut mettre en œuvre selon sa propre sensibilité, selon sa propre créativité, selon ses propres circonstances de vie, selon ses propres convictions et, surtout, selon les directions qu'elle reçoit de Dieu. Trois de ces principes sont les suivants (mais il y en a beaucoup d'autres !) :
1) Aimer l'Éternel notre Dieu de tout notre coeur, de toute notre âme et de toute notre force (Deutéronome 6:5). Autrement dit être nous-mêmes des exemples.
2) Inculquer la parole de Dieu à nos enfants dans notre maison, en chemin, au coucher et au lever (Deutéronome 6:7). Autrement dit dans toutes les circonstances de la vie.
3) Apprendre à l'enfant le chemin qu'il doit suivre, parce que même quand il sera vieux , il n'en déviera pas (Proverbes 22:6). Autrement dit, commencer le plus tôt possible.

Chez nous, nous avons vécu ces principes de manière bien différente avec nos aînées que nous ne les vivons actuellement avec les plus jeunes de nos filles.
C'est ainsi que nos premiers enfants, de manière assez classique, ont eu leur petit culte du soir avec leur papa au moment de leur coucher pendant de nombreuses années, ont connu très tôt les histoires de la Bible, sont allées à l'école du dimanche et ont fréquenté les colos de La Ligue pour la Lecture de la Bible. En plus de tout cela, et ce n'est pas négligeable dans leur cheminement spirituel comme elles le témoignent elles-mêmes aujourd'hui, elles ont eu le privilège d'effectuer leur scolarité dans une école chrétienne. Par ailleurs, nous avons souvent eu avec elles, et en toute liberté, de grandes discussions sur de nombreux sujets, discussions dont nous profitions pour leur enseigner la Parole, les valeurs et le point de vue bibliques. C'est ainsi qu'elles ont successivement franchi les différentes étapes de leur croissance spirituelle : bambines, elles ont exprimé en toute liberté leur foi spontanée de petit enfant. L'une de nos filles s'est véritablement convertie à l'âge de 5 ans. A l'âge de l'école primaire leur foi a été nourrie au travers des histoires et des  enseignement bibliques, elles ont posé des questions tantôt faciles tantôt difficiles, et joué au culte.  Le Dieu de papa et maman était leur Dieu et c'était parfaitement normal.  A l'âge de l'adolescence,  les choses se sont  compliquées, sans devenir pour autant insurmontables. En effet, elles avaient suffisamment vécu pour réaliser que papa et maman n'étaient pas Dieu et qu'ils avaient de sérieux défauts, y compris parfois dans l'application pratique des belles valeurs spirituelles qu'ils leur enseignaient. Et le remodèlement identitaire par lequel elles passaient les amenait tout naturellement à se poser de profondes questions sur l'identité de Dieu-même, voire même par moments, de Son existence et de Ses capacités à agir dans leur propre vie. En d'autres termes, le Dieu que papa et maman leur avaient fait connaître devait devenir leur Dieu à chacune d'elles. Autrement dit encore, la foi n'était plus aussi évidente, elle devenait un choix personnel. Maturation plus ou moins rapide, avec ses hauts et ses bas, nourrie des expérience spirituelles vécues dans l'enfance, avec plus ou moins de rejets de ce qui avait été enseigné, parfois aussi parce que nous avions manqué de cohérence entre nos paroles et nos actes.  … Les crises de foi furent parfois violentes, y compris pour notre aînée qui s'était convertie dans son jeune âge, mais Dieu est demeuré maître à bord et la vie de nos enfants est restée entre Ses mains.
Quant aux plus jeunes, le vécu est quelque peu différent. L'heure du coucher n'est pas systématiquement accompagné d'un temps de prière et de lecture biblique, mais lorsqu'elle l'est cela dure très longtemps car les questions sont nombreuses et profondes. Les textes bibliques lus sont rarement ceux des histoires de la Bible, mais davantage des textes permettant de poser des fondements et d'enseigner la saine doctrine. Elles ne fréquentent pas l'école du dimanche, même lorsqu'elles vont à l'église, parce qu'elles s'y ennuient, lassées qu'elles sont d'entendre les mêmes choses revenir et lorsque nous allons dans un lieu de culte ou une rencontre chrétienne, elles restent avec les adultes.  Elles ne sont pas dans une école chrétienne ( mais sont scolarisées à la maison !). Lorsque je les enseigne moi-même, de temps à autre, le Seigneur m'amène à leur donner un enseignement sur leur identité en Christ ou sur la mise en pratique de la foi et des valeurs divines. En effet, avec le recul et l'expérience acquise avec mes aînées, j'ai acquis la conviction que l'important n'est pas de connaître les histoires bibliques mais de savoir qui est  véritablement Dieu , quelle est notre identité en Christ et comment se positionner. Elles sont aussi baignées dans les musiques de louanges que les grandes soeurs écoutent, entraînées dans la danse par notre aînée, à l'écoute des discussions que nous continuons d'avoir avec elles et au bénéfice des expériences spirituelles des uns et des autres. Bref, elles grandissent dans un environnement où leur foi est naturellement imprégnée par ce qui se dit et se vit dans la maison. Dieu fait partie de la famille, cela s'entend, cela se voit, cela se sait. Les parents ne sont pas meilleurs et pas toujours plus cohérents qu'ils l'ont été dans le passé, en lutte qu'ils sont eux-mêmes avec leurs propres faiblesses, mais Dieu demeure fidèle. Il veille sur la famille, il veille sur chaque membre de la famille.

En tant que maman je suis bien consciente que la partie n'est jamais gagnée d'avance. Maintenir nos filles dans la foi, leur permettre de développer celle-ci, être collaboratrice avec Dieu, ne pas détruire par une mauvaise parole ou une mauvaise attitude ce qui a été construit en elles sont des défis quotidiens. Et surtout, je n'oublie jamais que toute l'énergie que je peux déployer pour nourrir leur foi, tous les sacrifices que je peux faire pour les conduire sur le chemin de la vie spirituelle, tous les enseignements que je peux leur donner pour leur faire connaître Dieu et qui elles sont en Christ ne sont que bien peu de choses fasse à la grâce divine qui repose sur leur vie. C'est à Dieu que va toute ma reconnaissance lorsque je constate combien elles aiment Dieu, lorsque je les regarde louer l'Éternel, danser pour Lui et faire des choix conformes à Sa Parole. Comme le dit la Bible en III Jean 1:4 : '' Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants vivent selon la vérité. '' Au jour d'aujourd'hui, une est baptisée et a de nombreux projets pour consacrer sa vie à Dieu, une autre souhaite être baptisée, trois ont reçu le don du parler en langues et toutes sont sauvées et désirent honorer Dieu dans leur vie. A Dieu seul soit toute la gloire !!

Publié dans Education chrétienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Merci beaucoup !
I
Quel merveilleux témoignage et encouragements pour nos familles. Merci de nous l'avoir partagé
A Dieu soit toute la Gloire!!!