Témoignage sur l'école à la maison

Publié le par heureusemaman

 

L'ECOLE A LA MAISON

 

(ou déscolarisation ou instruction parentale ou, encore, homeschooling)

 

 

Je suis institutrice de l'Education nationale de métier et engagée dans le soutien actif d'une école privée hors contrat. Pourtant, tous mes enfants ( au nombre de 6), sont scolarisés à la maison. Pourquoi un tel choix ?

 

1.Parce que la scolarisation impose aux enfants un rythme d'adulte, et ce quelque soit leur âge : des enfants de 3 ans sont soumis à des journées de la même longueur que des enfants de 10 ans, voire que des adultes lorsqu'ils sont en plus à la cantine et en garderie le soir. Dans l'instruction familiale, les rythmes de chacun sont pris en compte.

2.Parce que parmi le temps passé en classe, trop peu de temps par enfant est consacré à un réel apprentissage car il y a la gestion du groupe et la discipline à maintenir ainsi que beaucoup de problèmes de concentration et de distraction qui font souvent perdre beaucoup de temps. Dans l'instruction familiale, plus de travail est fourni en moins de temps.

3.Parce que les rythmes d'apprentissage et la maturité des enfants ne sont pas suffisament pris en compte à l'école : les enfants rapides et les enfants lents sont lésés la plupart du temps au profit des seuls élèves moyens. Dans l'instruction familiale, le rythme d'apprentissage est complétement individualisé.

4. Parce qu'en classe les contenus et la pédagogie ne peuvent pas être suffisament individualisés et tenir compte des spécificités de chacun : c'est le groupe qui est enseigné, pas l'individu. Dans l'instruction familiale, non seulement la pédagogie est adaptée à l'enfant, mais en plus les centres d'intérêt de l'enfant peuvent être pris en compte pour faciliter les apprentissages.

5. Parce que la neutralité en matière d'enseignement n'existe pas : il y a toujours une philosophie ou une interprétation qui colore ce qui est enseigné. Or je souhaite que mes enfants soient enseignés selon les valeurs qui sont les nôtres, à savoir les valeurs judéo-chrétiennes qui sont les fondements de notre civilisation. Ce faisant, je souhaite mettre du sens dans ce que mes enfants apprennent et ne pas me limiter à une simple transmission de faits.

6. Parce que l'une de mes filles âgée de 9 ans à l'époque m'a un jour dit : '' On est plus avec papa et maman. ''

7. Parce qu'elle m'a aussi dit à la même période : '' Quand maman va quelque part ou que quelqu’un vient à la maison, on est avec elle. C’est mieux parce qu’on voit plus de monde.''

Ces deux derniers points répondent à la question la plus fréquente concernant le homeschooling, à savoir celle de la socialisation des enfants. Mon témoignage de vie permet de constater que pour peu qu'on ait un minimum de vie sociale équilibrée, l'école à la maison favorise le rapprochement des générations et le contact avec la vraie vie de tous les jours, où on croise des personnes de tous âges, de tout niveau social, de métiers différents, … C'est donc une véritable ouverture à la vie. Et c'est aussi la possibilité pour les parents de transmettre des valeurs et un savoir qui contribue à la cohésion familiale, au respect des uns et des autres au sein même de la famille. Vue sous ces angles, l'école à la maison semble bien porteuse de réponses à de nombreux problèmes de société rencontrés de nos jours !

Bien facile, me direz-vous, quand on a une formation d'enseignante ! Pas du tout vous répondrai-je !

Car d'une part, j'ai très peu enseigné et, d'autre part, la plupart des familles qui se lancent dans cette formidable aventure n'ont aucun parcours dans le domaine de l'éducation ou de l'enseignement. La seule chose nécessaire, c'est d'être convaincu(e) de son choix !

 

 

Alors concrétement, comment se déroule une journée type ?

 

L'aînée, 16 ans, en terminale L avec 2 années d'avance (CP et seconde sautés), se lève toute seule à 7h30 et commence à étudier à partir de 8h/8h30. C'est une enfant à qui j'ai appris à être autonome dans son travail scolaire depuis son entrée en 6ème, moment où je l'ai déscolarisée car elle s'ennuyait à l'école et rentrait tous les soirs à la maison en pleurant à cause de cela. Ses supports de travail sont des cours par correspondance pour les langues, différents manuels que nous avons choisis ensemble dans les librairies, de nombreuses annales et, bien sûr, internet qui se révéle être un précieux outil pédagogique pour l'occasion. Ma modeste contribution à la préparation de son bac a consisté à lui taper mes cours de philo, puisqu'elle suit le même cursus que moi et que j'avais à l'époque le meilleur prof de philo de l'académie ! Enfin, elle est également inscrite au Conservatoire et se déplace toute seule 2 fois par semaine en train depuis près de 4 ans pour s'y rendre.

La seconde, âgée de 14 ans, a un temprérament complétement différent. Elle a aussi une année d'avance (CM2 sauté), donc des capacités, mais déteste le travail scolaire. Je l'ai déscolarisée à l'entrée en 6ème car il n'y avait pas de structure privée hors contrat qui faisait suite à l'école dans laquelle elle se trouvait. L'essentiel de ma pédagogie avec elle est un travail de fond : apprendre à faire ce que l'on n'aime pas et à bien le faire quand même, apprendre la persévérance, apprendre à s'organiser, à gérer son temps, à se coucher et se lever à des heures raisonnables, … Bref, autant de choses qui font partie de ce que j'appelle la formation du caractère et qui sont bien nécessaires à sa future vie d'adulte. Quant aux supports scolaires, ils sont à peu près choisis de la même manière que pour l'aînée.

Toutes 2 travaillent en moyenne 6 à 8 heures par jour, mais c'est parce qu'elles préparent chacune des examens cette année.

La troisième, 10 ans, a été déscoalrisée après son CP. En effet, j'ai échelonné la déscolarisation de mes enfants sur plusieurs années pour me ''faire la main'' peu à peu et prendre le temps de trouver une organisation qui convienne. La quatrième, 8ans, a été déscolarisée à sa sortie de maternelle et la cinquième, 6 ans, la même année, après une année de petite section en école hors contrat. Elles forment toutes les trois un bloc d'enseignement. L'heure de lever est assez fluctuante pour elles, entre 8h30 et 9h en général. Maths et français sont au programme le matin, les autres matières (dont de l'anglais), sont le menu des après-midi. J'essaie généralement, selon les années, de regrouper l'une ou l'autre ensemble pour la géographie ou pour la science, afin de me faciliter la tâche. Les supports de travail sont simples : des cahiers d'activités pour les maths, le français et l'anglais, des cours fabriqués par moi-même à partir d'internet pour le reste (et qui sont d'ailleurs disponibles sur simple demande). Elles travaillent donc toutes les 3 en moyenne 2 à 4 heures par jour.

Quant à la sixième, 17 mois, elle représent le défi quotidien de poursuivre l'instruction parentale de 5 enfants avec un bébé super dynamique qui demande énormément d'attention et qui passe son temps à toucher à tout. L'organisation y a gagné en souplesse et les filles en autonomie. Ce qui a permis à l'une d'elle d'avancer seule dans son programme scolaire au point de faire en une année le programme de maths de CE2 et de CM1 !

 

Par ailleurs, presque chacune fait de la gym, de la musique et du scoutisme. Ceci pour ceux qui se demandent si mes enfants voient d'autres enfants !

 

Et quant à moi, je suis personnellement engagée dans 3 activités bénévoles (qui me prennent en moyenne 2 après-midi et une soirée/mois) ) et je m'accorde depuis quelques mois 1h de piscine par semaine. Ceci pour ceux et celles qui se posent la sempiternelle question de savoir si j'ai du temps pour moi !

 

 

 Les clés de la réussite d'un tel projet sont simples : être convaincue pour tenir bon les jours difficiles, être bien organisée (cela peut s'apprendre), déléguer un certain nombre de tâches liées à l'intendance de la maison aux enfants (selon leur capacité) et au mari (s'il le peut et le veut, c'est à négocier), trouver des ressources pédagogiques faciles d'utilisation et se constituer peu à peu une banque de données de cours et d'exercices.

 

 

Après 6 années de pratique, je suis plus que jamais convaincue du bien-fondé de mon choix. Les filles sont heureuses et épanouies. Les grandes ne me font pas une adolescence tumultueuse et difficile , les petites ont du temps pour jouer, rêver, imaginer. Notre vie de famille n'est pas rythmée par les horaires de l'école mais par nos propres besoins et activités. Nous vivons moins stressés, avons le temps d'être ensemble et ne mettons plus nos amis à la porte le dimanche soir à 17h30 parce que les enfants ont classe le lendemain et qu'il faut les coucher tôt !! Des petits riens qui apportent une qualité de vie et de relation assez exceptionnelle de nos jours, il faut bien le dire !!

 

 

VOUS TROUVEREZ D'AUTRES ARTICLES SUR L'ECOLE A LA MAISON EN VOUS RENDANT SUR MON AUTRE BLOG :

                                                  http://jenseignemonenfant.over-blog.com

Publié dans Ecole

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Pour ça l’école à la maison c'est super on avance à son rythme on peut faire ce qu'on veut quand on veut. Moi je fais du baseball par exemple quand je peux c'est mieux que l’école parce que là j'ai plus de temps pour en faire. Merci pour cet article !
J
Bonjour, je viens de vous lire (et de vous découvrir), je suis a la veille de donner naissance a mon 4eme enfants et avec le papa on hesite encore a passer en IEF. Ce qui nous fait hésiter c'est ma fatigue a moi sans "pause enfant" et la sociabilisation des loulous. Plus je lis de témoignanges plus je me rends compte que notre 2eme point n'est pas valable! Quant au premier je pense de plus en plus que je serait moins fatiguée avec l'ief que maintenant... un bébé la journée + devoir du soir a faire avec 2 d'entre eux + le repas + bébé qui pleurt le soir "decharge".... alors que si le matin et l'apres midi durant ses sieste on travail et le soir on est "tranquille" chaqun avec un loisir , je pense que ce sera bien plus vivable. Néanmoins on va quand meme attendre jusqu'à janvier, me laisser le temps de rencontrer bébé, de voir si c'est un bébé aux besoin intense ou un bébé plus cool... Et on avisera a ce moment la! Je profite de cette periode pour m'informer, lire des témoignages, esquisser une organisation... Cela m'a plus de vous lire je vous remercie de partager tous cela avec nous!
Jessy
S
Bonjour, j'aurais quelques questions à vous poser si vous en avez le temps; nous sommes actuellement à l'étranger et je pense déscolariser mon aîné qui vient d'entrer en CE1 car l'instituteur est incompétent; je suis convaincue que cela est nécessaire sur un plan scolaire, toutefois très embêtée car mon garçon aime aller à l'école et surtout aime beaucoup être en contact avec d'autres enfants; or le déscolariser veut dire le couper de tout contact (nous ne connaissons personne dans notre nouveau pays et les inscriptions aux activités sont déjà passées...) Qu'en pensez-vous ? Comment a réagit votre fils en commençant l'instruction en famille à 7 ans? en vous remerciant pour votre réponse
H
Cela n'a pas posé de souci car c'était prévu. Se créer des contacts avec d'autres familles ou mamans ayant des enfants dans la même tranche d'âge est l'unique solution. N'est-il pas possible d'inscrire votre enfant à des activités en cours d'année ?
R
Bonjour , merci pour ce beau témoignage ! Nous nous reconnaissons un peu dans tout cela , famille avec 9 enfants , précocité de la plus part , mais avec une majorité de mecs ( 6 sur 9) ! Bonne continuation !
L
Bonjour
Votre experience m'a beaucoup toucher et me motive encore plus dans mes convictions.
Tout cela est tout nouveau pour moi en fait je suis maman de 4 enfants( bientot 5) et je souhaiterai descolariser ma fille pour sa rentrée prochaine ( elle sera en 6eme). Ma fille est d une nature introvertie et
Je suis pas du tout enchanter qu elle aille dans le college du secteur et les colleges privés sont tres loin de mon domicile.
Je suis completement perdu par la marche à suivre pouvez vous me renseigner silhvouplait cela serai gentil.
Cordialement.
C
ouf comment dire moi je suis perdu et quand je lie votre texte j en ai la larme a l oeil tellement de question a vous posez , ma fille est âgée de 9 ans et elle est en CM1 petite fille légèrement hyper actif et très précoce bien sur l'école n'est plus possible j ai décider qu elle ferais son CM2 a la maison mais j ai la trouille car je ne sais pas comment sa ce fait comment fais t on pour l inscrire et quand je lie je me dit oui elle sera mille fois plus épanouie car l'école heu n on pas envie de s embêter il préconise les ITEP les psy et je m en sort pas car évidement elle sort du lot sa ma fais du bien ce matin en vous lisant mille merci
H
Voici mon autre blog plus spécifiquement dédié à l'école à la maison : jenseignemonenfant.over-blog.com/

Vous n'approuverez peut-être pas certaines de mes convictions, mais il y a sûrement des éléments pratiques qui pourront vous aider à cheminer dans votre réflexion.... A vous de faire le tri ...
R
Nous avons tenté l'école à la maison il y a environ 3 ans, les enfants étaient alors âgés de 10 ans, 8 ans et 4 ans. Nous avions certainement la conviction qu'il fallait le faire, mais en outre pas
d'organisation et des ressources pédagogiques contraignantes, etc. Je ne m'étendrais pas. Aujourd'hui, je sens qu'il me faut revenir à cela. C'est une réelle conviction qui me vient du Seigneur.
Celui-ci me permet de connaitre au travers de votre site comment le faire notamment mon rôle à la maison, je suis mère au foyer (vos articles sont riches d'enseignements). J'aimerais toutefois vous
demander conseil. Les enfants sont aujourd'hui âgés de bientôt 14, 12 et 8 ans. La dernière est complètement enchantée. Les 2 premiers sont tiraillés (les amis, vivre au moins une année de collège,
etc ...). On en parle à la maison, mais je les sens attristés. Le Seigneur me demande de prier. Je le fais. Vous qui avez des adolescents, pouvez-vous m'aider ? Je vous en remercie.
L
c est pour ça que je vous tire mon chapeau,avec vos 6 enfants!puis je vous demandé si vous vous faites un peu aider a la maison par quelqu un de l exterieur?
H


J'ai parfois eu de l'aide pour le repassage quand les filles étaient petites. Et mon mari bien sûr. Maintenant, j'ai une bonne équipe de filles sur qui je peux compter parce qu'elles ont appris à
participer aux tâches de la maison.



L
j avoue que c est le fait d etre débordée qui me freine(famille nombreuse...)!
H


Etre débordée, ça arrive et c'est normal. Mais avec de l'organisation, on peut y arriver. Et plus les enfants grandissent, moins est débordée si on leur a appris à participer à l'intendance de la
maison.



L
super organisation,tout roule chez vous,vous me donneriez meme envie de me lancer!
H


Alors, n'hésitez pas !



B
Bonjour,

Qu'il fait bon vous lire ... Nous avons decidé de franchir le cap, et de pratiquer l'IEF pour nos 6 enfants ( de 10 à 6 mois ), encore qq jours à l'école puis nous nous lançons !

Nous sommes sûrs de notre choix ( et de nos divers choix en general ... ), mais il est vrai que je redoute un peu le regard des autres.

Les arguments que vous présentez içi vont m'aider !

Je vais de ce pas lire le reste du blog !

Merci.
A

Je suis très surprise de tomber sur un témoignage... d'une prof qui fait l'école à la maison !!
Ca existe donc !
Je faisais une recherche via google, et je suis tombée ici... Passionnant votre parcours !
Je suis moi même une non-sco de 15 ans, instruite en famille depuis près de 10 ans, je vais entrer en terminale S :) .
Ma grande soeur, 22 ans, a suivi des cours par correspondance de la 5e (desco) à sa terminale S. Elle est actuellement archéologue, et doctorante en deuxième année d'archéo également.
Il y a également ma petite soeur et mon petit frère (autiste) à la maison :)
Bonne journée !