Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 13:36

 "Fais ce que bon te semble - Reste ici jusqu'à te tu l'aies sevré."

I Samuel 1:23 (TOB)

 

Comme chacun s'en doute, l’unité et l'attitude du couple  sont fondamentales pour la réussite de l'allaitement et l'épanouissement de chacun des membres de la famille durant cette période.

La parole que Elqana adresse à son épouse Anne en tant train d'allaiter leur fils Samuel (cf. verset ci-dessus) témoigne de son soutien et de son respect envers elle. Il ne lui impose aucune conduite, même pour une raison spirituelle ( il s'agit ici d'aller à Silo offrir au Seigneur le sacrifice annuel), et lui fait confiance: il sait que le fait d'allaiter n'est pas un prétexte que Anne utilise pour ne pas se présenter devant le Seigneur, mais une décision librement prise et assumé pour le bien de l'enfant. Par ailleurs, Anne ne ressent aucune amertume et aucune frustration de devoir rester chez elle avec leur fils, d'autant plus qu'elle se rappelle de la promesse faite à son Dieu lorsqu'elle Lui demanda un enfant: elle sait que, une fois sevré, il sera indépendant d'elle: "attendons que l'enfant soit sevré: alors je l'emmènerai, il se présentera devant le Seigneur et il restera là-bas pour toujours" (I Samuel 1:22,TOB).

Tous deux, mari et femme, considèrent donc cette période comme privilégiée et unique et ni l'un ni l'autre ne la vit comme contraignante ou frustrante, que ce soit pour eux-mêmes ou pour leur relation: ils avancent d'un commun accord sur le chemin de la vie, dans le respect des besoins de chacun des membres de leur foyer. Elqana n'est pas déçu de devoir se rendre à Silo tout seul et Anne n'est pas amère de devoir rester à la maison (c'est son choix). Quant au petit Samuel, il grandit dans un foyer où règne la paix et l'amour.

Ceci est très important parce que l'allaitement et le mode de vie qu'il implique devrait être dans la mesure du possible, choisi et assumé par les deux partenaires du couple: l'époux devrait parvenir à comprendre et accepter ce qui se passe dans la relation d'allaitement entre le bébé et sa mère et ne pas forcer celle-ci à poursuivre ou à cesser l'allaitement pour ses propres intérêts à lui si, elle, ne le désire pas. L'épouse, elle, devrait parvenir à rassurer son époux sur les motivations de son choix et de ses raisons d'agir, l'aider à comprendre le bien-fondé de son maternage. Autrement dit, l'allaitement est une occasion de dialogue au sein du couple et ce dialogue concerne aussi bien le rôle de chacun vis-à-vis de l'autre et du fruit de leur amour que l'éducation de l'enfant puisque l'allaitement et ce qu'il implique en termes de maternage est avant tout un choix éducatif. L'idéal serait donc que les futurs et jeunes parents s'informent et discutent à ce sujet dès le début de la grossesse.

En effet, le point de vue du père sur l’alimentation infantile est particulièrement important dans les pays occidentaux. Une étude de Littman et al a constaté que 98,1% des mères dont le père était très favorable à l’allaitement allaitaient, contre seulement 26,9% des mères dont le père était indifférent au choix de l’alimentation infantile.

D'autres études ont aussi constaté que les pères qui étaient favorables à l’allaitement avaient de meilleures connaissances sur le sujet que les pères qui étaient favorables à l’alimentation avec un lait industriel. Et la durée d’allaitement serait positivement corrélée au niveau de connaissances du père.

Le père peut également influencer directement la pratique d’allaitement en prodiguant ou pas un soutien émotionnel à la maman en cas de problèmes d’allaitement, et en lui apportant une aide pratique (en la déchargeant de certaines tâches domestiques, par exemple), voire tout simplement en la faisant bénéficier d’une relation de couple gratifiante.

 

 

Voici le témoignage d'un papa auquel il ajoute quelques réflexions intéressantes :

Dossier de l'allaitement n°44, LLLFrance, 2000


Paroles de père : du rôle du père dans l'allaitement

Bon nombre de futures mères sont naturellement favorables à l'allaitement maternel. Mais l'environnement sociologique les amène à refouler ce souhait naturel. Quand je parle d'environnement sociologique, je parle de notre société occidentale. Ailleurs ou en d'autres temps, le problème est autre. Dans cet environnement sociologique, outre la mère et la grand-mère, on retrouve le père. Ces acteurs de la vie familiale vont développer, ensemble ou séparément, une dialectique qui amènera la future maman à culpabiliser et à renoncer à allaiter son enfant.

L'argument «choc» qui est développé est le suivant : l'allaitement exclut le père ; ce dernier ne joue aucun rôle dans l'allaitement. Avant d'en venir au rôle du père dans l'allaitement, posons-nous la question du rôle du père dans l'alimentation au lait industriel.

Je contemplais, dans un restaurant, un jeune couple qui venait fêter l'anniversaire d'une grand-mère. La maman avait sur ses genoux son bébé d'un mois environ, Il s'agissait d'un premier enfant. Quant au papa, il avait en charge la logistique qu'impliqué un bébé, surtout lorsqu'il s'agit du premier (on constate en effet que la quantité de choses transportées pour bébé est inversement proportionnelle au nombre d'en­fants transportés...). L'apéritif terminé, bébé commença à assurer l'animation sonore de la salle du restaurant pour le plus grand plaisir de tous. Ces bons parents, adeptes de méthodes rigoureuses dans l'éducation de l'enfant, avaient décidé que «ce n'était pas l'heure».

Au bout d'un certain temps, j'eus enfin la brillante démonstration du rôle du père dans l'alimentation au lait industriel. Pendant que maman, grand-maman et belle-maman se relayaient pour calmer le jeune indiscipliné, papa se leva, alla jusqu'à la voiture (sous une pluie battante) pour aller chercher le biberon, l'eau, le lait en poudre et le chauffe-biberon ; il alla voir l'aubergiste pour avoir une rallonge électrique, et continua son rôle de père moderne en bougonnant «faites des enfants, qu'il disait... ». L'ambiance dans le restaurant était des plus animées après 30 minutes de concert de la nouvelle vedette. Enfin, le papa amena le fameux biberon. Dans les cinq secondes, le papa se vit renvoyer avec son biberon : «trop chaud». Lorsque enfin le biberon fut accepté, le bébé fut placé sur les genoux de belle-maman, qui donna dans toutes les règles de l'art le biberon, symbole de modernité et d'égalité.

Avant d'avoir été partisan de l'allaitement, je dois reconnaître que j'ai surtout été un farouche opposant du biberon pour des raisons purement égoïstes :

* financières : inutile d'acheter de l'eau et du lait en poudre ;
* matérielles : les déplacements avec un bébé impliquent suffisamment de matériel pour qu'on n'ait pas envie d'en rajouter ;
* tranquillité : lorsque bébé commence à pleurer la nuit, quel plaisir de se lever et de simplement le ramener entre maman et papa, qui tous deux peuvent se replonger dans une douce somnolence ; comparativement, avec l'alimentation au lait industriel, il faut se lever, vraiment se réveiller, doser le biberon comme un ingénieur chimiste, le chauffer ni trop ni trop peu ; pendant ce temps, bébé a réveillé toute la maison par ses cris ;
* pratiques : par exemple, en voiture, inutile de s'arrêter pour préparer le biberon, ou de s'énerver pendant que bébé hurle en attendant de le recevoir.


Mais quel rôle peut donc jouer le père dans l'allaitement ?

Son premier rôle, et c'est probablement le plus important, est de soutenir moralement la maman. L'allaitement, pour la jeune mère peu ou mal informée, peu pu mal soutenue et conseillée, implique un effort non négligeable au démarrage. Les engorgements, les crevassas, les «caprices» du bébé (qui n'ont souvent rien à voir avec l'allaitement) sont autant d'obstacles à surmonter. Son premier soutien doit être celui du père de son enfant. A défaut d'un soutien actif (pour lequel les pères sont encore moins bien formés que leurs compagnes), il peut opter pour un soutien passif, en évitant d'abord les critiques inutiles, et ensuite en se laissant aller à une béate admiration du tableau de ces deux êtres tant aimés.

Il pourra être un peu plus actif en mettant diplomatique­ment un frein aux doctes avis de belle-maman ou des autres personnes bien intentionnées qui, au nom de l'expérience, se font un devoir d'imposer leur point de vue en matière de puériculture. En cas d'alimentation au lait industriel, elles obtiennent plus facilement le droit de s'immiscer dans le trio sacré que constituent l'enfant, la mère et le père.

Enfin, il pourra être vraiment actif en aidant la jeune maman dans bon nombre d'autres activités. En cela, il pourra créer avec son enfant, un lien beaucoup plus concret qu'en faisant chauffer des biberons à la bonne température. Donner le bain à bébé, changer ses couches, le prendre dans les bras, le câliner, gazouiller avec lui, lui chanter des berceuses, l'éveiller au monde qui l'entoure, sont autant de gestes où bébé et papa pourront faire connaissance. Plus tard, quand le petit frère arrivera, l'aîné trouvera en son père celui qui est plus disponible, et la relation du père à son enfant pourra alors prendre une dimension encore différente.



Alors, pourquoi des pères sont-ils contre l'allaitement?

Peut-être certains sont-ils sincères, et pensent-ils faillir à leur rôle de père s'ils ne sont pas capables d'être là en toute circonstance (biberon compris). Peut-être parce que au nom d'un égalitarisme ambiant des femmes aux hommes, certains hommes pensent qu'il faut réclamer un égalitarisme des hommes aux femmes. A quand la grossesse pour les hommes ? Mais, certainement, la majorilé des hommes réagissent plus par instinct de jalousie que par réel amour de leur enfant (car par amour ils devraient tout faire pour favoriser l'allai­tement tant cela est profitable à l'enfant). Il y a probablement la volonté de prendre une place entre la mère et l'enfant, pour surtout reprendre la place principale. Cest ignorer que l'amour ne se divise pas mais s'additionne toujours.

On entend également dire que l'allaitement déforme la poitrine. Quand on sait ce qu'il en est vraiment, on rentre dans le domaine de la jalousie physique, et là les réelles motivations deviennent inquiétantes. Je perçois encore beau­coup d'autres explications, mais mon incompétence en matière de psychologie (voire de psychanalyse) m'interdit d'aller plus loin.

En conclusion, j'en appelle au cœur des futurs pères. Par amour pour votre femme, soyez un vrai soutien si elle veut allaiter. Ne lui refusez pas de vivre dans sa plénitude son rôle de mère, avec tous tes attributs que la nature lui a donnés ; ne coupez pas tout de suite le second cordon ombilical. Par amour pour votre enfant, respectez l'intégrité de la rela­tion qu'il a avec sa mère, et dans laquelle vous n'avez rien à faire. Mais soyez pleinement là où l'enfant vous attend. Elle est la mère, vous êtes le père ; n'essayez pas de tout embrouiller, et vous verrez comme tout est simple. Au fond, l'allaitement c'est cela : c'est la simplicité (du matériel comme du coeur). La place du père ne se situe pas dans un biberon. C'est au père de se faire sa place dans la relation triangulaire avec l'enfant. C'est certes à la mère de laisser au père la possibilité de prendre sa place auprès de l'enfant. Mais c'est bien d'une identité masculine dont l'enfant a be­soin dans son père. L'homme n'est pas fait pour « materner » ; la fonction nourricière incombe naturellement à la mère, le père est présent pour veiller au bon déroulement du maternage de son enfant. L'homme, en qualité de père, doit être présent pour séparer peu à peu l'enfant de sa mère, en lui assurant notamment une identité, en l'encourageant dans tous les actes qui le mènent vers l'autonomie et l'indépendance, dans un cadre bienveillant et sécurisant

Etienne LEMAIRE - père de 4 enfants - CHEPY (80)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by heureusemaman - dans vie de couple
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de heureusemaman
  • Le blog de heureusemaman
  • : Le but de ce blog est d'encourager les femmes en tant qu'épouses, mères et maîtresses de maison, de soutenir la famille et la maternité en ces temps difficiles.
  • Contact

Profil

  • heureusemaman
  • Je suis une  heureuse maman de 6 enfants entre 17 ans et 32 mois, mère au foyer, animatrice LLL, responsable de rencontre de mamans et enseignante de mes propres enfants  dans le cadre du homeschooling.
  • Je suis une heureuse maman de 6 enfants entre 17 ans et 32 mois, mère au foyer, animatrice LLL, responsable de rencontre de mamans et enseignante de mes propres enfants dans le cadre du homeschooling.

Ma p'tite famille :

Le papa : 47 ans, originaire de la Guadeloupe. Amoureux du jardinage et du bricolage. La maman 44 ans, institutrice qui n'a plus exercé depuis ..... hum hum ..., animatrice de réserve de La Leche League, ancienne monitrice de portage des bébés en écharpe, créatrice du concept des Rencontres de Mamans ( voir article à ce sujet) Les enfants : L'aînée , 20 ans, scolarisée à la maison de la 6ème à la Terminale (Bac L), licenciée en Langues Etrangères Appliquées (anglais - japonais), actuellement en Master 1de LEA Affaires Internationales, orientation projets culturels et humanitaires, anglais, japonais, arabe - 2 années d'avance (détectée enfant précoce)- responsable scout - piano ( 6 ans de Conservatoire) , guitare - A déjà voyagé dans plusieurs pays (dont 1 semestre d'études à Nottingham et un stage d'études en Israël)- La seconde , 18 ans, scolarisée à la maison de la 6ème à la Terminale (bac ES avec option maths renforcés),1ère année de Licence Arts Plastiques, 1 an d'avance - engagée dans le scoutisme - piano - La troisième, 14 ans, scolarisée à la maison depuis le CE1, en 3ème, piano, gymnaste et scout- La quatrième, 12 ans, scolarisée à la maison depuis le CP, en 4ème, une année d'avance, aussi détectée précoce - équitation, lecture - La cinquième, 10 ans, scolarisée à la maison depuis la MS de maternelle, CM2- au Conservatoire en violon et chant - gymnaste et scout - La sixième, 5 ans, n'a jamais été à l'école, unschooling (apprend autrement qu'en travaillant pour le moment !), très créative ! Le 7ème : dans la patrie céleste depuis le second trimestre de grossesse. Le plus heureux de nous tous :-)

Recherche

PSAUME 128

Heureux es-tu toi qui révères l'Eternel
et qui suis les chemins qu'Il a tracés !
Tu profites du travail de tes mains
Tout ira bien pour toi et tu seras heureux ...
Ta femme sera comme une vigne féconde chargée de nombreux fruits
Et, autour de ta table,
Tes enfants ressembleront à des plants d'oliviers.
Ainsi sera béni tout homme qui révère l'Eternel ...

ENCOURAGEMENT

'' Aies foi dans ta foi

  Doute de tes doutes

  Ne mets pas ta foi dans tes doutes

  Ni tes doutes dans ta foi. "

 Michel Allard

Plus précieuse que les perles

"Une femme capable, intelligente et vertueuse,

qui est  qui peut la trouver ?

Elle est beaucoup plus précieuse que des bijoux

et sa valeur est loin au-dessus des rubis ou des perles."

Proverbes 31 : 10 (version anglaise)

Citation

'' EXERCEZ VOS ENFANTS A L'AUTODISCIPLINE

 PLUTÔT QU'A LA COMPLAISANCE

PENDANT QU'ILS SONT JEUNES. '

Nancy Campbell

 (traduction libre)

 

Sur l'allaitement ..

'' Nourri aux seins de ma mère ! '' Cantique des Cantiques 8 :1

'' Je me levai le matin pour allaiter mon fils. '' I Rois 3 : 21

'' Même chez les chacals, on donne à téter, (...) cette belle qu'est mon peuple devient aussi cruelle que les autruches de la steppe. '' Lamentations 4 : 3

'' ... Les bénédictions des mamelles et du sein. '' Genèse 49 : 25

'' ' Fais ce que bon te semble. Reste ici jusqu'à ce que tu l'aies sevré. Que seul le Seigneur accomplisse Sa Parole. ' La femme resta donc et elle allaita son fils jusqu'à ce qu'elle l'eût sevré. '' I Samuel 1 : 23

 

VOIR ARTICLE '' LE MATERNAGE DANS LA BIBLE ''

 http://heureusemaman.over-blog.fr/article-29589181.html

 

Amitié

Deux amis marchaient dans  le désert.

A un moment, ils se disputèrent et l'un des deux donna une gifle à l'autre.

Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable :

'' Aujord'hui, mon meilleur ami m'a donné une gifle. ''

Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent une oasis dans laquelle ils décidèrent de se baigner.

Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.

Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre :

'' Aujourd'hui, mon meilleur ami m'a sauvé la vie. ''

Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :

'' Quand je t'ai blessé, tu as écrit sur le sable. Maintenant, tu écris sur la pierre. Pourquoi ? ''

L'autre ami répondit :

'' Quand quelqu'un nous blesse, nous devons l'écrire dans le sable : les vents du pardon peuvent l'effacer.

Mais quand quelqu'un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre : aucun vent ne peut l'effacer. ''

 

                                                                             Texte anonyme.